Témoignages >

« Être médecin, c’est servir Dieu auprès des hommes »

Très heureuse de découvrir la Belgique et sa formidable ouverture sur le monde, Sarah, 36 ans, Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus et pédiatre, vit au sein de la communauté des Potiers dans un quartier populaire de Bruxelles.


Qu’est-ce qui caractérise votre lieu de vie ?


Je suis arrivée aux Potiers, il y a un an et demi. Le côté bétonné et gris de la ville marque le quartier. Et en même temps, il y a beaucoup de vie dans la rue. La population est très variée et très colorée. De nombreux regards se croisent, des sourires et des bonjours se disent. Ce lieu m’a semblé familier assez vite. En arrivant dans cette communauté, je bénéficie de tout un héritage, des années d’insertion des sœurs qui nous ont précédées. C’est très touchant d’être tout de suite adoptée par les personnes du quartier qui ont nouées une relation d’amitié et de confiance avec la communauté. Tout ce que les Sœurs ont construit et tissé ici depuis des années est un véritable cadeau. Je sens, moi aussi, le désir de m’enraciner et de rencontrer plus personnellement les habitants du quartier, pour mieux les comprendre et mieux vivre ensemble. Mon lieu de rencontre avec les familles du quartier, c’est l’hôpital.


Quelles réalités rencontrez-vous sur votre lieu de travail ?


J’ai beaucoup de chance d’avoir trouvé un travail à l’hôpital Saint-Pierre, à 15 min à pied de la communauté, dans le quartier des Marolles. 90 % des personnes qui viennent se faire soigner sont d’origine étrangère. J’exerce à la maternité où je vois la vie naissante tous les jours ! Je rencontre des situations heureuses avec des couples radieux et aussi des situations compliquées de mères seules, sans abri… Ces visages de nouveau-nés de toutes origines me donnent un visage de l’universalité de l’amour de Dieu pour l’homme, dans sa diversité. L’ambiance de travail est agréable, les équipes sont très humaines. Les personnes aiment leur travail. Petit à petit, les équipes soignantes apprennent que je suis religieuse, elles sont discrètes et très respectueuses. J’ai la chance de voir les enfants grandir en les suivant en consultation jusqu’à l’adolescence. Avec le temps, une relation de confiance nait et je crée des liens avec les familles, qui depuis peu me renvoient au quartier. J’ai été invitée à des fêtes, à prendre le thé chez des familles marocaines. La vie religieuse reste difficile à comprendre pour elles, mais la relation humaine est là. Elles demandent des nouvelles de mes sœurs. Récemment une mère de famille a offert un couscous que l’on a partagé avec toute la communauté ! On se retrouve en amitié, on vit un moment fort au-delà de toute différence.


Comment votre vocation religieuse s’articule-t-elle avec votre vocation médicale ?


Ma vocation première : c’est de donner ma vie à Dieu. Pour moi, être médecin, c’est un moyen de servir Dieu auprès des hommes, des enfants et des familles. Toute vocation de Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus s’exprime dans une relation particulière avec les plus petits, les enfants, les jeunes, les familles en difficulté. Être médecin, ici, est un moyen pour entrer en relation avec ces personnes qui viennent des quatre coins du monde, qui sont fragilisées, qui ont peur de s’exprimer… J’essaie de me mettre humblement au service de l’humanité et je sers Dieu ne me rendant disponible à ces personnes vulnérables. J’apprends à aimer au-delà des difficultés relationnelles, des à-priori culturels ou de l’agressivité. J’essaie de rester dans une attitude bienveillante et de laisser Dieu agir en moi, avec notre charisme particulier de l’éducation. Pour aider les enfants à grandir, je valorise ce qui beau en eux. Pour aider les parents, je les encourage à donner le meilleur d’eux-même. Ils viennent en consultation pour une gorge ou les oreilles, mais beaucoup de petites choses autres se passent autour de l’éducation, avec toute l’humilité et la délicatesse nécessaires. Les temps de vie et de prière communautaire me permettent de partager ces temps forts, vraiment unie, avec mes sœurs.


Propos recueillis par FM