Témoignages >

Apolline, volontaire dans une ferme au Congo RDC

À la recherche d’un stage de cinq mois dans le cadre de ses études d’agriculture, Apolline a vécu une véritable aventure en travaillant avec une communauté de Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus au sein d’une ferme en pleine brousse, à 150 km de Kinshasa (République démocratique du Congo).


« Le travail à la ferme a vraiment caractérisé mon séjour. Là-bas, tout se fait à la main : la récolte du maïs, les semailles et les plantations, ainsi que la transformation du manioc. Sur place, les Sœurs et les villageois ont été très surpris de mon implication dans ces travaux manuels. Il est plutôt rare qu’ils voient des jeunes femmes, blanches, mettre la main à la pâte ! Pour moi, tout était nouveau et j’ai aimé toutes ces découvertes », explique Apolline, étudiante en troisième année à l’école d’agriculture de Lille. Pendant cinq mois, Apolline a travaillé la terre africaine, découvert ses rythmes et ses coutumes. Elle a également partagé la vie communautaire quotidienne de trois Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus congolaises.Apolline découvre le Congo avec les Religieuses du Sacré-Coeur de Jésus


Par le biais d’une équipe, qui deviendra une équipe MAGIS (Réseau jeunesse ignatien), Apolline rencontre une Religieuse du Sacré-Cœur. Lors d’une réunion, elle évoque ses difficultés à trouver un lieu de stage : le Volontariat International Sacré-Cœur lui est alors proposé. Elle n’y croit pas trop, elle est fatiguée par ses recherches infructueuses. Pourtant le contact avec Sœur Roselyne et Sœur Claude, le duo qui coordonne le VISC, s’avère bon dès les premiers échanges. Les attentes d’Apolline ? Partir dans un pays en voie de développement et rencontrer des personnes de culture différente. L’idée de rejoindre une ferme au Congo est lancée. Sur place, la communauté est tout de suite prête à accueillir l’étudiante. « Je connaissais déjà un peu l’Afrique par mes parents, mais pas du tout ce pays : c’était mon aventure ! »


Partage à cœur ouvert au cœur de la brousse


Forte de son expérience de cheftaine scoute, Apolline adopte rapidement le rythme de vie local dans cette ferme, en brousse, à 150 km de la capitale Kinshasa. Son quotidien n’est autre qu’une journée de travail agricole avec les Religieuses et les villageois. Elle se lève et se couche tôt, il n’y a pas d’électricité. Et le soir quand elle n’est pas trop fatiguée et que l’emploi du temps de la ferme le permet, elle participe avec les Sœurs à la prière communautaire. Une fois par semaine, elle se rend à la célébration de prière au village animée par des chants joyeux et des danses. Peu à peu elle apprend quelques mots du dialecte.Apolline avec la communauté des Religieuses du Sacré-Coeur de Jésus au Congo


« Les Religieuses ont été très attentives à mon adaptation, du fait de l’internationalité de la congrégation, elles connaissaient les difficultés que je pouvais vivre. » Des attentions qui passent par une alimentation spéciale et un temps de repos dans la journée. « Tout ce travail manuel m’a fait beaucoup de bien et m’a énormément reposé intellectuellement. En revanche, j’ai vraiment éprouvé la fatigue physique ». La jeune volontaire noue des liens forts avec la communauté qu’elle découvre comme une famille, avec ses joies et ses tensions. Elle partage ses doutes et des questions dont elle n’a jamais eu l’occasion de parler auparavant. Elle rencontre des religieuses qui sont aussi des jeunes femmes tout simplement, avec leurs rires et leurs blagues. Enfin, Apolline est frappée par les mêmes qualités d’écoute et d’ouverture, qu’elle retrouve aussi chez les Religieuses du Sacré-Cœur en France et en République démocratique du Congo.


Apolinne découvre la simplicité de la vie au Congo avec les Religieuses du Sacré-Coeur de JésusSimplicité, vrai sens de l’accueil, optimisme impressionnant sont les points forts de l’expérience d’Apolline. Sur elle-même et sur sa relation aux autres, elle a beaucoup appris. Elle est de retour à Lille avec une incroyable énergie positive. « Là-bas, les gens rient de tout, même de leurs pires ennuis. Cette vision optimiste est vraiment précieuse et j’ai envie de transmettre cette contagion du sourire ! » L’expérience africaine conforte aussi Apolline dans son désir de s’orienter vers une agriculture alternative : difficile de soutenir une production qui vise le profit à tout prix, quand d’autres permettent tout juste de survivre. En même temps qu’elle prépare sa candidature pour une formation en agro-écologie en Norvège, l’étudiante agronome relit son carnet de bord congolais, et prépare un montage pour témoigner auprès des étudiants de sa promotion des réalités rencontrées. Quel chemin !



Contacts pour partir :
De un à deux mois :
Roselyne Sernési, Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus
volontariatsacrecoeur.court@rscj.com
Tél. : 00 33 (0)6 02 28 74 06

De deux mois à deux ans :
Claude Deschamps, Religieuse du Sacré-Cœur de Jésus
claude.deschamps@yahoo.fr
Tél. : 00 33 (0)6 22 41 53 05

Galerie photo