L’actualité >

Fête de sainte Madeleine-Sophie

Le 25 mai, l’Eglise et les religieuses du Sacré-Cœur de Jésus célébrent avec reconnaissance le jour de Sainte Madeleine Sophie Barat (1779-1865), fondatrice de la Société du Sacré-Cœur : une femme de Dieu pour le monde.

Sa vie a été faite de fils tissés par la Main de Dieu : 
“… Comme les fils avec lesquels Dieu tisserand commença à tresser, secrètement, cette œuvre que maintenant nous célébrons et pour laquelle nous rendons grâce : 


- le fil du feu qui la mit au monde et qui allait incendier son esprit, 

- le fil des vignes qui la virent naître et grandir et à partir desquelles elle allait apprendre comment le sarment adhère au cep pour vivre,

- le fil d’un foyer simple qui lui donna le goût de la sobriété et de la pauvreté,

- le fil d’une formation humaine et intellectuelle, insolites pour une jeune fille de son époque, qui préparaient la future éducatrice,

- le fil des séparations : d’avec ses parents, ses compagnes, d’avec un type de vie divertissant et superficiel… et des rencontres : Paris, comme un nœud de relations, L. Brouillard, qui commença à les guider par le chemin de la confiance, bien que ce fut pour peu de temps,

- le fil des lectures : Sainte Thérèse, qui lui fit sentir l’attrait de l’oraison, Saint François Xavier, qui lui mit au cœur l’urgence d’apporter aux autres l’évangile, la vie de Marguerite Marie, qui lui donna la clé : l’amour envers le Cœur de Jésus pouvait concilier les deux attraits.
(D. Aleixandre. À l’ombre de la Parole. Prier avec Madeleine Sophie Barat, p.8)


Et au fil de son être fragile et vulnérable, au milieu des fils de difficulté et de défaites, elle apprit à appuyer sa vie seulement en Lui :
≪ Je m’appuie en toi en Celui qui peut tout faire avec les instruments les plus faibles ; l’essentiel est que nous nous appuyons seulement en Lui et que notre confiance soit sans limites, Il saura remédier à tout ≫. (Sainte Madeleine Sophie Barat)

Madeleine Sophie,

Dans les fils de ta vie nous reconnaissons certains des nôtres. 

Apprends-nous à mettre nos capacités et nos fragilités dans les mains du Seigneur et à accepter qu’Il soit le tisserand de notre métier (à tisser), laissons-Le tisser nos couleurs mais à Sa manière, à la manière de l’Amour qui est toujours la manière de Dieu. Enseigne-nous aujourd’hui à laisser le métier de nos vies entre tes Mains.
Paqui Rodriguez rscj

En savoir plus

Tiré du site international des Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus