Témoignages >

Rita : « L’attrait de la différence et le désir de rencontre »

Rita Crivelli, Religieuse du Sacré-Coeur de Jésus, a découvert l’internationalité de la congrégation comme un écho à ce qu’elle vivait déjà au sein de sa propre famille. Partout où elle vit l’expérience de la différence, Sœur Rita essaie d’ouvrir des chemins de rencontre possible.

« Je suis née au bord de la mer Méditerranée et j’ai toujours été fascinée par cet horizon. Que pouvait-il bien y avoir derrière, quelles étaient les autres personnes ? » Avec un père Français et une mère Italienne, Sœur Rita, aujourd’hui maitresse des novices, a toujours été bercée dans une double culture, tout en ayant à gérer en elle les difficultés liées à la différence. À l’expression internationalité de la congrégation des Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus, elle préfère largement définir un rapport à l’unicité de chaque être, de chaque personne, et un rapport à l’universalisme. « Nous sommes tous bâtis de la même façon, le cœur de l’homme est le même partout. C’est exactement ce qui m’a attiré dans cette congrégation », confie-t-elle.

Des nombreuses rencontres européennes lorsqu’elle était jeune professe, à sa mission de conseillère provinciale, de son expérience en Ouganda avant sa profession perpétuelle, à celle du Tchad où elle accompagne des étudiants, jusqu’aux temps forts d’internationalité que sont les Chapitres généraux auxquels elle participe (en 2000 à Amiens et en 2008 à Lima), Sœur Rita retient surtout que « la question de l’internationalité se joue autour de l’attrait de la différence et du désir de rencontre. »

Devenir frères et sœurs
Certes, la rencontre de la diversité et de la différence peut être une menace. Il est des jeux d’influences, des approches de la réalité, des réactions qui provoquent tensions et incompréhensions. Mais Sœur Rita insiste : « Au moment de l’obstacle, il nous faut avancer vers ce qui nous importe le plus, faire en sorte de trouver ce qui nous unit. Notre charisme est de rendre compte que nous sommes tous appelés à vivre en frères et sœurs. C’est aussi la Bonne Nouvelle du salut en Jésus Christ pour tous quels que soient les couleurs, les âges, les conditions, etc. Les différences sont des semences de croissance humaine pour une vie plus fraternelle. »

Cette attitude de cœur, les Religieuses du Sacré-Cœur de Jésus sont invitées à en faire l’expérience au sein même du banal de leur vie quotidienne, ici ou là, à l’autre bout de la terre, unies en solidarité avec ce que chacun peut vivre dans son coin. En commençant peut-être, ou avec pour effet, l’accueil des différences des Sœurs de la même maison ! « Les différences ne sont pas prioritaires, mais secondaires », ponctue Sœur Rita. « J’ai fait mon noviciat avec une Égyptienne et une Vietnamienne d’origine. Nos cultures sont différentes, nos personnalités aussi. Mais nous avons vécu une rencontre humaine, qui reste une amitié très profonde. L’important est de trouver un chemin pour se comprendre. »

FM